woodsnlily

French Coco, l'idée d'être surpris

L’an dernier j’ai fait l’impasse sur les jours gras, l’overdose de beignets et les nuits blanches, cette année j’ai décidé de vivre l’aventure en Martinique. Je l’avoue, je n’ai pas tenu le rythme local vidé-soiree-vidé en pyjama, mais je n’ai pas démérité.

S’il est une chose que je voudrais partager, c’est mon expérience French Coco. D’aucuns ont entendu parle de son cadre contemporain, de son jardin et de la cuisine du chef Nathanaël Ducteil. Il me fallait impérativement y goûter.

Le retour

Me voilà de retour ! Je me suis accordé ce temps nécessaire à la réflexion et à une meilleure projection de ce que je veux pour moi, mais surtout de ce que je veux partager avec vous.

A l'assaut des pâtisseries parisiennes

Hugo Matha, nature version accessoire

Créateur de raffinement récidiviste, cela définirait bien le créateur aveyronnais avec cette deuxième collection autour de la matière et de l'intemporalité. C'est d'ailleurs un non-sens que de parler de collection, je devrais plutôt évoquer la poursuite d'une oeuvre. Il jette à notre regard des pièces déconcertantes de simplicité mais que l'on imagine difficile à réaliser, puissemment élégante et riche de textures. On voudrait les entasser sur une table de salon, comme de vieilles malles monogrammées, ou les disposer dans une armoire vitrée comme on le ferait de livres précieux.

Anahi, l'adresse argentine de la Jeune Rue (7/10)

 

Il aura fallu trois dîners, ou quatre je ne sais plus, et un nouveau blog, pour que je vous parle enfin d'Anahi. Non pas pour m'assurer qu'il s'agisse d'une table qui vaut réellement le détour, la deuxieme fois aurait suffit; au contraire, c'est le genre de relation que l'on souhaite garder secrète avant de la présenter à son entourage, parce que l'on veut la garder jalousement.