restaurant review

L’Autre Version, du bistrot à prix gastro

L’Autre Version, c’est l’expérience d’un service et d’une salle rare. Si les deux propriétaires n’en sont pas à leur coup d’essai, ce nouveau challenge mérite quelques éloges.

L’Epicure, par amour du produit

S’il est un mot pour décrire la cuisine de l’Epicure, c’est générosité.  Le chef Mathieu Dumont s’amuse ici à casser le cliché d’une gastronomie aux assiettes chiches, en servant des portions savoureuses et gargantuesques de produits exceptionnels. N’allez surtout pas penser que mes quelques semaines dans ses cuisines ont eu raison de mon esprit critique. Au menu et en cuisine, un surenchérissement d’AOP et d’AOC qu’il fait bon de retrouver sur la langue même à des milliers de kilomètres.

Déjeuner avec vue à la Table du Poisson Rouge

Une idée resto pour le week-end ? Oubliez l'espace de votre lecture les accras, le boudin ou le colombo, qui feront probablement l'objet d'un prochain article. Discutons plutôt de la Table du Poisson Rouge de Tendacayou à Deshaies. Au menu, une cuisine locavore, ou presque, et une vue à vous couper le souffle. Et si ce n'était que la vue ! Le lieu tout entier invite à respirer, se détendre et voyager. Son emplacement sur les hauteurs de Deshaies, confirme étrangement son statut d'halte entre terre et mer.

Café Philippe, adresse gourmande en devenir

Le Café Philippe au service du goût et du produit. Ici pas de chichi, à vrai dire pas de réel soin apporté à la présentation des plats, sauf peut-être pour les entrées, mais des goûts francs, du fait maison, et des recettes que l'on voudrait ramener volontiers à la maison comme ce foie gras d'oie aux pruneaux, à commander deux fois afin de s'en remettre et ce tarama, monté à l'huile de tournesol, aérien, frais, tout bonnement invraisemblable.

Hexagone, coup de génie de Mathieu Pacaud

Et si la table parfaite existait bel et bien. Design raffiné, résolument moderne, service impeccable, plein d'attention et de conseils avisés, carte conceptuelle mais pas totalement déroutante, bref que diriez-vous de dîner à Hexagone ? Difficile d'oublier un quasi sans-fautes, du sourire à l'arrivée, au cadre feutré en passant par l'entrée de foie gras, et le pré-dessert qu'on décrirait avec un seul "m", mangue, merigue, Magique ! 

Anahi, l'adresse argentine de la Jeune Rue (7/10)

 

Il aura fallu trois dîners, ou quatre je ne sais plus, et un nouveau blog, pour que je vous parle enfin d'Anahi. Non pas pour m'assurer qu'il s'agisse d'une table qui vaut réellement le détour, la deuxieme fois aurait suffit; au contraire, c'est le genre de relation que l'on souhaite garder secrète avant de la présenter à son entourage, parce que l'on veut la garder jalousement.

Chez Paul pour le rapport qualité-prix (5,3)

Paris au mois d'aout, ou la vraie galère, pour trouver une table digne de ce nom. Pourtant, c'est dans le quartier de la Bastille que j'ai pu me renouer avec la culture bistrot, (lire ma déception ici), Chez Paul, 13 rue de Charonne dans le 11e.