restaurant

French Coco, l'idée d'être surpris

L’an dernier j’ai fait l’impasse sur les jours gras, l’overdose de beignets et les nuits blanches, cette année j’ai décidé de vivre l’aventure en Martinique. Je l’avoue, je n’ai pas tenu le rythme local vidé-soiree-vidé en pyjama, mais je n’ai pas démérité.

S’il est une chose que je voudrais partager, c’est mon expérience French Coco. D’aucuns ont entendu parle de son cadre contemporain, de son jardin et de la cuisine du chef Nathanaël Ducteil. Il me fallait impérativement y goûter.

Beau + Bon = Bonito

On ne pourra s'empêcher de lire Beaunito une fois entre dans ce restaurant aux allures de beachhouse d'East Hampton. De larges canapés blancs et les tables entourées de fauteuils en rotin immaculés sont autant d'invitation à passer quelques heures à apprécier au choix un cocktail du chef barman Jérôme, ou un des plats sortis de la cuisine ouverte sur la salle.

L’Autre Version, du bistrot à prix gastro

L’Autre Version, c’est l’expérience d’un service et d’une salle rare. Si les deux propriétaires n’en sont pas à leur coup d’essai, ce nouveau challenge mérite quelques éloges.

L’Epicure, par amour du produit

S’il est un mot pour décrire la cuisine de l’Epicure, c’est générosité.  Le chef Mathieu Dumont s’amuse ici à casser le cliché d’une gastronomie aux assiettes chiches, en servant des portions savoureuses et gargantuesques de produits exceptionnels. N’allez surtout pas penser que mes quelques semaines dans ses cuisines ont eu raison de mon esprit critique. Au menu et en cuisine, un surenchérissement d’AOP et d’AOC qu’il fait bon de retrouver sur la langue même à des milliers de kilomètres.

Mezzo mezzo, da strapazzo

D'aucuns s'amuseront à lire Medio Medio plutôt que Mezzo Mezzo, et devront revoir leurs exigences à la baisse une fois le menu en main. La table, très prisée à l'heure du déjeuner, ne fait pas de grandes envolées et détonne finalement des éloges qu'on en fait, hormis le service d'une rare qualité. Ici, l'offre n'a d'italien que les pizzas ou les plats de pâtes du menu à rallonge. C'est à se poser d'ailleurs des questions sur la fraicheur des produits. À vouloir plaire à tout le monde, on s'y perd facilement.

Déjeuner avec vue à la Table du Poisson Rouge

Une idée resto pour le week-end ? Oubliez l'espace de votre lecture les accras, le boudin ou le colombo, qui feront probablement l'objet d'un prochain article. Discutons plutôt de la Table du Poisson Rouge de Tendacayou à Deshaies. Au menu, une cuisine locavore, ou presque, et une vue à vous couper le souffle. Et si ce n'était que la vue ! Le lieu tout entier invite à respirer, se détendre et voyager. Son emplacement sur les hauteurs de Deshaies, confirme étrangement son statut d'halte entre terre et mer.

Hexagone, coup de génie de Mathieu Pacaud

Et si la table parfaite existait bel et bien. Design raffiné, résolument moderne, service impeccable, plein d'attention et de conseils avisés, carte conceptuelle mais pas totalement déroutante, bref que diriez-vous de dîner à Hexagone ? Difficile d'oublier un quasi sans-fautes, du sourire à l'arrivée, au cadre feutré en passant par l'entrée de foie gras, et le pré-dessert qu'on décrirait avec un seul "m", mangue, merigue, Magique ! 

Beaucoup pour très peu

Ça me fait toujours sourire d'essayer ces établissements plein de promesses, pseudo-conceptuels, au design tendance, à la communication rodée, avec articles de presse à foison et clientèle wannabe, bref ce genre de restaurants ou de bar où il fait bon d'être vu, et d'aller même si on vous massacre le palais, ou on vous retire toute fierté.

Chez Paul pour le rapport qualité-prix (5,3)

Paris au mois d'aout, ou la vraie galère, pour trouver une table digne de ce nom. Pourtant, c'est dans le quartier de la Bastille que j'ai pu me renouer avec la culture bistrot, (lire ma déception ici), Chez Paul, 13 rue de Charonne dans le 11e.