food

Jeff Antus, la cuisine créole 2.0

On ne compte plus finalement le nombre d'adresses gourmandes que compte Jarry, et les Délices du Papillon y occupent une place de choix. La table de Jeff et Aurélie Antus propose en effet, une revisite calibrée de la tradition locale. L'extérieur de l'établissement ne paie pas de mine, et l'intérieur est en fin de compte aussi simple que la cuisine est remarquable. C'est d'ailleurs tout ce qui compte, l'assiette, les produits et l'inventivité de Jeff Antus.

Mezzo mezzo, da strapazzo

D'aucuns s'amuseront à lire Medio Medio plutôt que Mezzo Mezzo, et devront revoir leurs exigences à la baisse une fois le menu en main. La table, très prisée à l'heure du déjeuner, ne fait pas de grandes envolées et détonne finalement des éloges qu'on en fait, hormis le service d'une rare qualité. Ici, l'offre n'a d'italien que les pizzas ou les plats de pâtes du menu à rallonge. C'est à se poser d'ailleurs des questions sur la fraicheur des produits. À vouloir plaire à tout le monde, on s'y perd facilement.

Fairouz à l’heure du knafe

Il est toujours bon de remettre les compteurs à zéro et de s'assurer que les bonnes adresses en sont toujours. Je poursuis mon périple gourmand chez Fairouz, la table libanaise de mon enfance, un véritable témoin du melting pot de la culture antillaise. C'est ici que j'ai dégusté mes premiers kibbes, mon premier houmos, mais surtout l'adresse où se déguste encore aujourd'hui le meilleur knafé selon moi. Si la décoration n'a rien de pittoresque, une salle climatisée, habillée de pourpre et de quelques souvenirs d'une autre époque, la cuisine est d'une constance rare.

Parenthèse gourmande au Park Hyatt Paris

Instant à vivre : entrer au Park Hyatt Vendôme, s'essoufler du parfum de patchouli et de cuir, s'émerveiller des bronzes et s'enivrer d'un Billecart Salmon rosé, affamés de ces Dim Sum sensationnels sur la terrasse arboré en été. C'est un cocon parisien au service rare, net et chaleureux, bercé de jazz et de classique. 

#MyDubai - Mirage of luxury

La semaine dernière j'embarquais pour mon premier trip au Moyen-Orient. Destination Dubai, ses gratte-ciel, ses plages, ses îles artificielles, sa poussière et semblerait-il l'une des meilleures scènes gastronomiques mondiales.

Premier contact, une escale à l'aéroport, ultra déprimant, de Barhein. Au programme, l'appel à la prière tout droit sortie des hauts parleurs et quelques regards perplexes sur mon look. J'entends, un jean destroy porté pantacourt, un tee-shirt à col rond noir, veste assortie, des runnings et chapeau vert kaki comme seul accessoire, on aura vu pire.

Café Philippe, adresse gourmande en devenir

Le Café Philippe au service du goût et du produit. Ici pas de chichi, à vrai dire pas de réel soin apporté à la présentation des plats, sauf peut-être pour les entrées, mais des goûts francs, du fait maison, et des recettes que l'on voudrait ramener volontiers à la maison comme ce foie gras d'oie aux pruneaux, à commander deux fois afin de s'en remettre et ce tarama, monté à l'huile de tournesol, aérien, frais, tout bonnement invraisemblable.

Hexagone, coup de génie de Mathieu Pacaud

Et si la table parfaite existait bel et bien. Design raffiné, résolument moderne, service impeccable, plein d'attention et de conseils avisés, carte conceptuelle mais pas totalement déroutante, bref que diriez-vous de dîner à Hexagone ? Difficile d'oublier un quasi sans-fautes, du sourire à l'arrivée, au cadre feutré en passant par l'entrée de foie gras, et le pré-dessert qu'on décrirait avec un seul "m", mangue, merigue, Magique ! 

Tea time and orgasms at the Peninsula Paris

Désolé La Minute Papillon, mais je n'aurais pas tenu longtemps ce "défi sans sucre". Comprend moi, comment résister à cette invitation au thé au Peninsula Paris et surtout comment me contenter des finger sandwichs au concombre et saumon fumé, ou d'un scone sans marmelade ? Question réthorique tu l'auras compris; j'en ai d'ailleurs profité pour faire un rapide voyage au Japon, de quoi excuser totalement mon manque de motivation, non ?

A l'assaut des pâtisseries parisiennes

Beaucoup pour très peu

Ça me fait toujours sourire d'essayer ces établissements plein de promesses, pseudo-conceptuels, au design tendance, à la communication rodée, avec articles de presse à foison et clientèle wannabe, bref ce genre de restaurants ou de bar où il fait bon d'être vu, et d'aller même si on vous massacre le palais, ou on vous retire toute fierté.