#MyDubai - Four Seasons Dubai at Jumeirah, home away from home

Jeudi, Mai 14, 2015 - 22:30

Deuxiéme journée à Dubai, pas de grasse matinée, mais un rendez-vous hautement attendu au Four Seasons Resort Dubai, la dernière pépite hôtelière de l'émirat.

Je pèse bien mes mots. Du côté de Jumeirah Beach, on se dispute davantage le prix du raffinement que le prix Pritzker. Vous ne trouverez donc pas de tour surdimensionnée, "juste" un batiment circulaire couvert de verdure et un autre aux allures d'hacienda, de l'extérieur du moins. À l'intérieur on oublie le clinquant et l'excès de dorures à la Burj Al Arab, troqués ici contre quelques discrètes mosaïques dorées en toile de fond des compositions florales du lobby. On ne pourra que s'extasier devant les volumes impressionnants, décorés dans un style arabe contemporain, habillés de grands lustres en fer, ou encore devant les enfilades d'arcs outrepassés, et le sol aux motifs géométriques. Ici et là des œuvres contemporaines, d'autres plus ethniques et des vases d'orchidées mauves attirent le regard. 
Au Shai Salon, niché entre 8 colonnes de marbre noir, on se laisse chouchouter à l'heure du thé ou  en attendant une température plus clémente, installé confortablement dans des fauteuils couleurs sable et anis, bercé par le son de la harpe. De petits espaces se dessinent au travers à des séparations encastrés semblables à des rideaux d'une dentelle moderne.

Si vous n'êtes pas convaincu, il faudra certainement que vous passiez une nuit dans l'une des suites impériales avec vue sur la baie, et que vous vous perdiez dans les couloirs du spa, sa salle de relaxation, ses bains à remous, sa piscine intérieure sous verrière mais surtout ses soins exclusifs. Ici on ne badine pas avec le luxe, et qu'on se le dise il faut le vivre pour le croire, ou en tout cas le voir, arrêt sur images.

Ce n'est pas tout, mais autant d'émotions creuse l'estomac, ou est-ce juste une excuse pour découvrir la cuisine fusion du restaurant SeaFu. Chut place à la gourmandise. 

Au menu, la rencontre entre cuisine méditerrnéenne et les techniques et assaisonnements asiatiques, un voyage. Dans ce décor bleu marin, je commence avec un assortiment d'entrées iodées, un tempura crousti-fondant de crevette servi avec condiment au Wasabi et citron vert, ou le bonbon salé que l'on aimerait croquer sans fin. Suit un tartare de thon rouge sur une chips de maïs, qui manquait de froid,  mais s'agrémentait bien du croquant-piquant de la ciboulette, chapeau chef Barusta ! Il se déguste, le tartare pas le chef bien entendu, juste avant le gaspacho de tomate légèrement épicé. À 40° c'est finalement toute la fraîcheur dont j'ai besoin. En plat, je reste sur des notes de la mer, avec un plat de tagliatelles, fraîches vous vous en doutez, aux fruits de mer, entendez crevettes bien dodues et noix de Saint-Jacques. Le genre de plat qui épouse vos papilles sans grands efforts. Une émulsion crémeuse et aérienne comme pour rappeler l'écume des vagues, des produits frais parfaitement fondants. Le plat offre une douceur contrastant à merveille l'iode des crustacés.

Le véritable coup de maître vient avec le/les desserts, les deux barres qui finissent une partition sans accrocs. En même temps, prenez du caramel, de la noix de coco, de la glace ou des fruits rouges, de la glace au chocolat, des jeux de textures et vous faites de moi un homme comblé. L'assiette de fruits rouges, peinture fauviste, est à propos, combinaison de froid, frais, d'acide, de douceur, de fruité et de chocolaté. Une soupe de fraises-framboises, fraises, framboises et kumquats frais, meringue crousti-fondante et quelques feuilles de trèfle pour des notes poivrées. Un dessert qui se dispute les faveurs de mon palais avec une barre-guimauve glacée à la noix de coco, caramel craquant, et coulis de caramel. Vous ne direz pas que les portes du paradis vous ont été fermées; quoique je ne vous ai pas encore parlé du petit-deéjeuner à Suq, l'autre rendez-vous gourmand du Four Seasons !

Une promenade digestive s'impose dans les jardins de l'hôtel, avec une halte sur la plage, ce soir je tente le combo La Petite Maison et Zuma. 

 

Galerie Images: 

Ajouter un commentaire