Mezzo mezzo, da strapazzo

Samedi, Janvier 16, 2016 - 18:00

D'aucuns s'amuseront à lire Medio Medio plutôt que Mezzo Mezzo, et devront revoir leurs exigences à la baisse une fois le menu en main. La table, très prisée à l'heure du déjeuner, ne fait pas de grandes envolées et détonne finalement des éloges qu'on en fait, hormis le service d'une rare qualité. Ici, l'offre n'a d'italien que les pizzas ou les plats de pâtes du menu à rallonge. C'est à se poser d'ailleurs des questions sur la fraicheur des produits. À vouloir plaire à tout le monde, on s'y perd facilement. Je ne prend pas de risque et choisis la salade Mezzo Mezzo, la seule "spécialié" que l'on soit en mesure de me conseiller. Je ne vous ferai pas l'affront d'une photo, difficile lorsque l'on sait que l'on mange avant tout du regard. Mais dans ce cas, la présentation baclée d'un plat pourtant simple n'a rien d'appétissante. De cette salade melon et jambon cru, je retiendrai une superposition de crudités diverses et variées, tomates, concombre, betteraves, laitue, trois fines tranches de melon, du jambon coupé épais, quelques toasts de mozzarella desséchée, détrempés par le jus des légumes, des copeaux de parmesan au centre et une saucière pour la vinaigrette. Une assiette bien, peut-être trop, garnie et brouillon qui rappellerait presque celle d'un étudiant un soir de flemme monumentale. Son prix, 18,50 euros, le goût de s'être fait avoir. Et si par malchance vous vous laissiez tenter par le poisson à la tahitienne, veillez à ce qu'il reste du lait de coco Jaja en cuisine, au risque de trouver le plat fade. Ce serait en effet, l'ingrédient faussement mystère qui lui donnerait du goût. Visuellement, la bouillie, les dés, de poisson sont présentés dans un bol sur une quantité peu raisonnable de salade, humm moyen moyen. Quoiqu'en italien ça sonnera toujours mieux qu'en français.  

Ajouter un commentaire